Monaco : « La folie jaune du métal ensoleillé, la démence de la fortune »

« les snobs et les jolies mondaines, en toilettes de printemps, ont, dans leur attitude, dans la mollesse de leur démarche, dans leurs pas nonchalants, comme la paresse de l’extase, le laisser aller d’une félicité poussée à son paroxysme. Les femmes ont des mines de névrose, des yeux convoiteurs, où semble s’être coulé et pailletter encore le ruissellement des louis d’or, où palpite, en éclairs fugaces, la folie jaune du métal ensoleillé, la démence de la fortune, qui évoque, sur la roue du hasard, les rêves irréalisables et les illusions triomphantes. »

Non, il ne s’agit pas d’un article de Gala ou de Voici évoquant la Principauté et ses fastes actuels, mais d’un extrait d’un guide écrit par Jules Monod en 1902, et dont la Griotte se repait avec délices.

Et voici la suite, pas vraiment plus tendre :

Elles ont des frôlements involontaires, un appel de tout leur être vers la joie d’être belles et d’être désirées; elles sont là, plus exquises qu’ailleurs, figurantes de ce bel opéra de passions, qui roule et se déroule autour de Monte-Carlo.

Monte-Carlo comme ce nom chante tout ce qui n’est pas la vie monotone de devoir imposé et de travail prosaïque, le cheminement, au jour le jour, dans l’ornière banale de l’existence, avec de vulgaires choses, sans cesse renouvelées, de grises choses vécues sous un ciel gris ; comme il dit, dans ses syllabes de mélodie, la secousse affolante du hasard, la chance, l’espérance de la fortune soudaine, de l’or gagné en une heure, avec l’épanouissement de luxe et de bonheur ; comme il crie l’idéal possible de la cessation des effrois constants, des inquiétudes sordides comme il est, lui-même, une chimère et une apothéose, un éblouissement de lettres magiques, aux tressaillantes assonances ! »

Jules Monod – Aux pays d’azur, Nice, Monaco et Menton : descriptions, histoire, moeurs, légendes, excursions et promenades, flore et faune, itinéraires, renseignements généraux : guide complet du touriste, littéraire, historique et illustré. (1902).

A consulter en intégralité sur le site Gallica de la BNF

Et si vous voulez en avoir plus encore : un portrait au vitriol sur le casino de Monaco et sa faune de joueurs à faire frémir Darry Cowl, Patrick Bruel et Omar Sharif réunis !!

Étiquettes : , , ,