« Bien que la belle-mère n’approuve pas ces agapes… »

Si la Griotte devait se marier, elle choisirait sans aucun doute la Mairie de Menton. Non pas pour recevoir la bénédiction édilique du sémillant maire, Jean-Claud Guibal, mais pour y vivre une véritable nuit de noces artistique avec Cocteau en découvrant sa magnifique Salle des Mariages ! C’est d’ailleurs le maire de Menton de l’époque, Francis Palmero, qui en fit la demande à l’artiste en 1957. Toute la salle a donc été conçue par l’artiste inspiré : les peintures murales, les portes en bois à motifs en pointes de diamants, les tapis style léopard et les candélabres en bronze. Durant deux ans, Cocteau « fatigué de l’encre et de la table » s’est consacré à ce décor grandiose.

L’édifice municipal affectait à mon égard une indifférence un peu hostile, il me fallu imaginer des ruses, essayer la paraphrase d’un style familier de la Côte à la veille de 1900, celui des villas, peu à peu détruites, où sont peintes les courbes sous-marines, les gerbes d’iris, les algues et les chevelures du Modern style. »

La Griotte craque véritablement pour les amoureux éternels ondulant sur le mur. Elle, coiffée de la capeline mentonnaise, lui avec un bonnet de pêcheur méditerranéen. Et au fond, les couleurs de Menton, le blanc et le bleu, dominé par le jaune et l’orange du soleil.

Écoutez et regardez Cocteau faire la visite de la salle dans un film de G. Soirat sur Menton dans les années 60, Éternel Rendez-vous :

Bien que la belle-mère n’approuve pas ces agapes, les garçons boivent et dansent, les filles apportent des cadeaux et le couple part à cheval pour le voyage de Noces.« 

Même si la Griotte n’a pas été demandée en mariage depuis longtemps, elle pourra quand même en profiter, suivant à la lettre le conseil du sus-dit Cocteau dans Les Mariés de la Tour Eiffel* : « Puisque ces mystères nous dépassent, feignons d’en être l’organisateur ».

Elle a en effet reçu un faire-part fort à propos il y a quelques semaines et va pouvoir étrenner ses nouvelles chaussures (cliquez sur ce lien pour les découvrir) tout en admirant ce chef-d’oeuvre lors du mariage de sa cousine le 30 juin prochain !

Si vous n’êtes pas invités à un prochain mariage …

Vous pouvez quand même visiter cette Salle des mariages lorsque personne n’y échange son consentement, et vous faire un trip Cocteau dans toute la région, en commençant par le nouveau et étonnant Musée Cocteau de Menton. La Griotte a préparé votre visite, cliquez ici pour goûter à son cocktail de Cocteau !

* En 1921, ce génial touche-à-tout a collaboré avec le Groupe des Six (Georges Auric, Louis Durey, Arthur Honegger, Darius Milhaud, Francis Poulenc et Germaine Tailleferre) au livret argumentaire des Mariés de la Tour Eiffel, oeuvre collective qui lance la nouvelle génération musical en France dans le sillage d’Erik Satie qui en est le mentor.

Sur le city mag impertinent de La Griotte vous allez encore déguster …

En cliquant vous découvrirez

Vous y apprendrez que

et plein de choses aussi indispensables que profondes.

2 Trackbacks to “« Bien que la belle-mère n’approuve pas ces agapes… »”