Quant as sus l’esquina ?*

Le plus vieil olivier de France à Roquebrune-Cap-Martin

Il était une fois, par un beau jour de printemps sur les bords de la Méditerranée, un olivier qui prit racine entre Roquebrune et Menton. Je vous parle d’un temps que les moins de 2000 ans ne connaissent pas. Il y a en effet plus de 2 millénaires qu’il regarde passer les gabians (c’est comme ça qu’on appelle les goélands ici) ce plus vieil olivier de France et à peine 100 ans qu’il a vu les premiers vacanciers, arrivés des contrées septentrionales, se mettre à l’ombre tout contre lui. Il en a vu des amoureux qui se bécotaient sous ses branches pudiques, branches pudiques …

La Griotte a imaginé qu’il parlait nissart, ce vieil olivier, alors quand vous le rencontrerez demandez-lui gentiment « quant as sus l’esquina ? »* et témoignez-lui du respect. Il a une taille à faire cancaner les cocottes de Dukan (20 mètres de circonférence tout de même) et surtout il était déjà là alors que vous n’étiez même pas encore une pensée lubrique de votre arrière-arrière-arrière grand-père, et il sera sûrement toujours là quand vous ne serez plus qu’une pensée ludique de votre arrière-arrière-arrière petit-fils !

* Je vous vois arriver avec vos gros sabots tropéziens et votre vue basse à la DSK, vous imaginez un truc bien égrillard pour cette question qui commence par « quant as sus … ». Foin de paillardises pourtant dans ce nissart, ça signifie tout simplement : « quel âge as-tu ? » en français de 2012.