Le bleu est azurément niçois !

« Qu’elle est belle cette mer cérulée qui remonte comme une haute muraille de saphir à l’horizon visuel !», s’exclamait George Sand au XIXe siècle devant la Baie des Anges. Le bleu est si fortement attaché à Nice, que la Griotte ne saurait la peindre (en mots) d’une autre manière.

Bleu, comme le fameux et luxueux Train Bleu, avec ses wagons-lits métalliques bleus et or, qui emmenait de Paris à la Baie des Anges dès 1922 ses madones (Coco Chanel, Grace de Monaco, Marlène Diétrich ‘l’ange bleu ») et ses sleepings.

Bleu comme ce même Train Bleu qui se transforma en ballet pour Nijinski, sur une musique de Darius Milhaud, un livret de Jean Cocteau, des costumes de Coco Chanel et un rideau de scène peint d’après un tableau de Picasso. Tous amoureux de Nice où ils se retrouvaient régulièrement.

Bleues, comme les populaires chaises de la Promenade des Anglais invitant à la rêverie devant la mer qui, ici seulement, se pare du turquoise innocent au bleu d’encre menaçant en une seule vague.

Bleu, comme celui, célébrissime, entre saphir et outremer, mis au point par Klein le Niçois, et auquel il donna son nom sous le terme d’International Klein Blue (IKB).

Alors que j’étais encore un adolescent, en 1946, j’allais signer mon nom de l’autre côté du ciel durant un fantastique voyage « réalistico-imaginaire ». Ce jour-là alors que j’étais étendu sur la plage de Nice, je me mis à éprouver de la haine pour les oiseaux qui volaient de-ci, de-là, dans mon beau ciel bleu sans nuage, parce qu’ils essayaient de faire des trous dans la plus belle et la plus grande de mes oeuvres » Yves Klein.

Bleu comme le Nain Bleu, la librairie où Ben puisa ses premières inspirations (et ses premiers cachets) et déchira les premières pages des livres qui l’intéressaient avant de devenir le prolixe artiste dont on retrouve les aphorismes sur tous les carnets, agendas et trousses.

Bleu comme la Chapelle des Pénitents Bleus sur la place Garibaldi, où les membres (laïcs) de la Société du Saint-Sépulchre, d’inspiration franciscaine, continuent (depuis le XVe siècle) à mener de nombreuses oeuvres charitables.

Bleu comme celui des bateaux qu’on appelle ici les « pointus » qui se dandinent sur le port.

Bleus comme les Diables bleus, surnom des chasseurs alpins niçois durant la Grande Guerre.

Bleus comme ces même diables qui donnèrent leur nom à une avenue niçoise qui inspira les jeux d’enfants de Louis Nucéra et le titre de son autobiographie.

Bleus comme les parasols des plages privées, qui n’ont d’autres choix que d’être bleus ou blancs, selon les décrets municipaux.

Bleus de cobalt, de Prusse, ou égyptien, qui garnissaient les pinceaux de Matisse ou de Chagall qui ont si bien vénéré la Baie des Anges.

Bleus comme ces vélos et ces voitures électriques qu’on se partage désormais dans les rues et les collines niçoises.

Bleus ciel et mauve comme ceux des plumbagos qui ruissèlent sur les murs échauffés de la ville.

Bleu, comme cet azur, qui désigna pour toujours la côte « du château d’If jusqu’aux palais de Gênes » depuis que le préfet-poète, Liégeard, l’a baptisée ainsi dans son livre en 1888.

Bleu violet comme celui qui habille la tendre glycine, les buissons frissonnants de lavandin, les pointes d’artichaut, les figues rebondies, les aubergines éclatantes, les iris sauvages et les lilas éphémères.

Bleu outremer ou marine comme les guirlandes lumineuses de la rue Jean-Médecin qui forment des messages en morse.

Bleu, comme celui de Miro, dont on peut voir quelques oeuvres au MAMAC, et dont « L’étoile bleue » a été vendue dernièrement chez Sotheby’s à Londres pour la modique somme de 25 millions d’euros.

Bleu comme cette bluette griottine qui se veut hommage à sa ville d’adoption, parce qu’ici la terre d’azur est bleue comme une orange.

Publicités

5 Responses to “Le bleu est azurément niçois !”

  1. Bel hommage ! 😉

    J'aime

  2. Parbleu, nous avons trouvé quelques bleus communs, j’en découvre d’autres à côté desquels je suis passé sans les remarquer. Je serais curieux de voir en vrai la bluette griottine qui termine votre message. Pour ma part j’ai trouvé bien des bleus à Nice mais aussi quelques-uns ailleurs http://vudubalcon.blogspot.fr/search/label/bleu

    J'aime

  3. Le bleu… ma couleur … je vois la vie en bleu depuis toujours… tout ce que j’aime est bleu… merci pour ce bel hommage au bleu…

    J'aime

Trackbacks

Un commentaire éclairé ? une remarque pertinente ? un petit coucou en passant ? faites-vous plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s