Romy niçoise, réminiscences

Le 12 août 1968, un événement mondial a lieu sur le tarmac de l’aéroport de Nice. Alain Delon est venu attendre Romy Schneider, sa future partenaire dans le nouveau film de Jacques Deray, La piscine. Cinq ans après la fin de leur passion orageuse qui a fait rêver le monde entier, c’est Delon lui-même qui a suggéré au réalisateur de prendre Romy pour jouer Marianne l’héroïne du film, aux côtés de Maurice Ronet le Niçois, et de reconstituer à l’écran leur couple mythique. C’est avec une émotion palpable qui ne doit rien au cinéma que ces deux-là se retrouvent avant d’aller tourner leurs scènes torrides dans une magnifique piscine de Ramatuelle. On vient d’apprendre que Delon fera une apparition clin d’oeil (sous les traits d’un clochard) dans le biopic consacré à Romy qui est en train de se tourner. A l’occasion des 30 ans de sa mort, une exposition sur la magnifique (sublissime, fabuleuse, unique…) Romy Schneider vient de se terminer à Cannes. La cinémathèque de Nice prend le relais pour lui rendre le plus beau des hommages.

Du 2 octobre au 4 novembre, à la Cinémathèque de Nice : Christine, Le Combat dans l’île, Le Procès, Le Cardinal, Quoi de neuf Pussycat ?, La Piscine, Les Choses de la vie, Qui ?, L’Assassinat de Trotsky, Max et les ferrailleurs, César et Rosalie, Le Train, Le Mouton enragé, Un Amour de pluie, Le Trio infernal, Les Innocents aux mains sales, Le Vieux fusil, L’Important c’est d’aimer, Mado, Une Histoire simple, Une Femme à sa fenêtre, La Banquière, La Mort en direct, Fantôme d’amour, La Passante du Sans-Souci, L’Enfer.

  • Cinémathèque de Nice 3 esplanade John Fitzgerald Kennedy, 06300 Nice – 04 92 04 06 66

Cliquez ici pour le programme complet.

Et la Griotte ne peut pas s’empêcher de vous donner à revoir Romy et son magnifique (sublissime, fabuleux, unique…) visage.

Romy Schneider dans Christine de Pierre Gaspard-Huit (1958)

Romy Schneider dans César et Rosalie de Claude Sautet (1972)

Romy Schneider dans L’enfer d’Henri-Georges Clouzot (1964)

Romy Schneider dans L’important c’est d’aimer d’Andrzej Zulawski (1975)

Romy Schneider dans La banquière de Francis Girod (1980)

Romy Schneider dans La mort en direct de Bertrand Tavernier (1980)

Romy Schneider dans La passante du Sans-Souci de Jacques Rouffio (1981)

Romy Schneider dans Le vieux fusil de Robert Enrico (1975)

Romy Schneider dans Les choses de la vie de Claude Sautet (1969)

Romy Schneider dans Max et les ferrailleurs de Claude Sautet (1971)

Romy Schneider dans Quoi de neuf Pussycat ? de Clive Donner (1965)

ofitez-en pour lire ou reli

Et profitez-en pour lire ou relire les chroniques de la Griotte consacrées au cinéma et à ses stars :

2 commentaires to “Romy niçoise, réminiscences”

  1. J’ai beaucoup aimé regarder ce petit film de Romy et Alain à Nice !!
    Bises

    J'aime

  2. Tant mieux ! Bonne journée.

    J'aime

Un commentaire éclairé ? une remarque pertinente ? un petit coucou en passant ? faites-vous plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s