Negresco, what else ?

Griotte AQUARELLES-Negresco

Nice

Nice sans le Negresco, c’est une nuit sans lune, le tenon sans la mortaise, un baiser sans moustache, Jacob sans Delafon… Bref, c’est impensable ! L’hôtel de luxe, joyau de la Belle Époque, est le phare de la promenade des Anglais depuis 100 ans.

Le Negresco

L’hôtel de

Henri Negrescu, fondateur du Negresco

Henri Negrescu

Cet hôtel mythique, symbole de la Riviera dans le monde entier, doit son nom exotique à son fondateur, Henri Negrescu. Ce Roumain entreprenant et audacieux a débarqué à 25 ans sur la Baie des Anges. Fort de son expérience dans divers hôtels de la côte et de son succès auprès de la richissime clientèle, tels les Rockfeller ou les Vanderbilt, il a tout fait pour concrétiser son rêve : édifier son propre établissement grâce au mécénat d’Alexandre Darracq, pionnier de l’industrie automobile.

L’architecte Edouard-Jean Niermans s’y est collé en 1910 ; il a inscrit le projet dans le « style Ritz » qui combinait les styles classiques du XVIIIe siècle aux exigences de la clientèle moderne (si bien connues du sieur Negrescu).

Le 8 janvier 1913, lors de l’inauguration, l’hôtel comportait 420 chambres dotées de tout le confort de l’époque, avec antichambre et salle de bain privée. Les invités et les premiers clients ont été éblouis par les innovations techniques, le grand hall elliptique de style Louis XVI, la rotonde lumineuse et la verrière du salon royal qu’on dit construite par Eiffel lui-même.

Verrière du Negresco

La fabuleuse verrière du Negresco, créée par Eiffel

Comme

Comme le monde est bien fait et sait compter, l’actuelle propriétaire, Jeanne Augier, a lancé les festivités du centenaire du palace en ce début d’année 2013. Lorsque son père a racheté et lui a confié la gestion du Negresco en 1957, l’hôtel était au bord de la faillite. Depuis, elle n’a eu de cesse de lui redonner tout son lustre en imprimant sa marque. Car Jeanne Augier est un personnage hors du commun, une main de fer dans un gant de crin, qui dirige l’établissement avec autorité et passion.

Jeanne Augier avec Lili et Lilou. Carmen le chat, lui, reste au bar

Jeanne Augier avec Lili et Lilou. Carmen le chat, lui, reste au bar

Comme

Voilà plus d’un demi-siècle qu’elle a eu l’heureuse idée de faire du Negresco un hôtel-musée où le meubles de collections et les œuvres d’art de toutes les époques se mêlent joyeusement : un des trois portraits en pied de Louis XIV peints par Hyacinthe Rigaud (les deux autres étant au Louvre et à Versailles) côtoie une sculpture de Niki de Saint Phalle ; un lustre géant de Baccarat couronne la verrière ; Raymond Moretti rime avec Vasarely ; un tableau de Mignard répond à une affiche de René Gruau ; des œuvres sublimes jouxtent des croûtes sans nom… C’est un peu foutraque, parfois kitsch, mais l’ensemble dégage un charme fou et unique au monde.

Comme

Rigaud au Negresco

Rigaud au Negresco

Comme

Jeanne Augier est une femme de tête qui a envoyé paître le sultan de Brunei et Bill Gates, parmi les riches de ce monde qui avaient eu l’outrecuidance de proposer de lui racheter son Negresco. Ils ne savaient pas que Madame Augier préfère les animaux aux honneurs et les grandes causes aux billets des milliardaires :  elle a prévu de léguer l’établissement et sa fortune personnelle au fonds Mesnage-Augier créé en 2009 afin de défendre la cause animale, aider les personnes handicapées ou en détresse et contribuer à « la préservation culturelle en France, notamment en assurant la sauvegarde de l’hôtel Negresco et de ses collections ».

Comme

Niki de Saint Phalle au Negresco

Niki de Saint Phalle au Negresco

Comme

Le plus étonnant est que l’emblématique patronne d’un des fleurons de la Baie des Anges est une bretonne, née à Rennes en 1923. Fière de ses racines, l’irréductible n’a pas hésité à faire flotter le drapeau breton sur la façade du Negresco en juin 2012, provoquant la stupeur et la colère chez les plus farouches Nissarts…

Comme

drapeau breton

Comme

La polémique est remontée au sommet : Jean-Marc Giaume, conseiller municipal délégué au patrimoine historique, à l’archéologie, à la langue et culture niçoises, a finalement convaincu Jeanne Augier de faire voisiner sur la façade étendard local, flanqué d’un aigle, et Gwen ha du.

L’honneur est sauf côté niçois, même si le mot de la fin revient à l’inénarrable dame du Negresco :

Je suis restée bretonne… Les Bretons ont la tête dure… Pourquoi j’aime Nice ? Pour son soleil. Les Niçois, il faut s’y faire, mais j’ai épousé un Niçois. Cela prouve que je les ai adoptés. J’aime bien les gens qui ont du caractère. »

Comme

Jeanne Augier et Dali en 1962

Jeanne Augier et Dali en 1962

Comme

Negresco 11

Comme

Negresco 12

Comme

Negresco 13

Comme

Negresco 15

Comme

Negresco 16

Comme

Negresco 14

Comme

Bar du Negresco

Comme

Negresco 18

D’autres histoires de stars, de yachts, de propriétés de milliardaires ? Pas la peine d’aller plus loin, cliquez sur le bling-bling et hop !

rubrique-bling-bling

 

5 Responses to “Negresco, what else ?”

  1. Allez, un petit complément pour le fun : Il n’y a que deux exemplaires du lustre de Baccarat de la Coupole du Negresco. Le second (ou le premier?) est … au Kremlin !

    J'aime

  2. Merci Alex. La Griotte est toujours preneuse de suppléments d’érudition !

    J'aime

Trackbacks

Un commentaire éclairé ? une remarque pertinente ? un petit coucou en passant ? faites-vous plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s