Le Cap-Férey

Zulu4

Utu, Haka, Zulu, Mapucheautant d’excellents romans qui balisent les pérégrinations de Caryl Férey, écrivain-baroudeur révolté. Si d’aventure il posait son barda à Aix-en-Provence, véritable Bronx méditerranéen, gageons qu’il commettrait un palpitant thriller crépusculaire intitulé Calisson pour dénoncer les collusions politico-mafieuses du cartel de la poudre d’amande et du melon confit.

La Griotte l’avoue sans fard, elle a découvert Férey sur le tard. Frappé de plein fouet par son dernier livre, Mapuche, elle se rattrape aujourd’hui en se plongeant dans ses œuvres précédentes. Hormis le dispensable La jambe gauche de Joe Strummer, le moins que l’on puisse dire est qu’elle n’est pas déçue. C’est donc avec une joie non dissimulée qu’elle vient d’apprendre que l’adaptation ciné de Zulu était en cours de tournage sous la baguette de Jérôme Salle (obscure ?).

En voilà une idée qu’elle est bonne ! Parmi les auteurs français, l’écriture de Férey est plus que toute autre cinématographique. La Griotte est curieuse de découvrir sur écran cette histoire qui mêle, dans une Afrique du Sud post-apartheid, Afrikaners, Zoulous et Xhosas, crimes en série, misère et opulence, townships et résidences sécurisées, résurgence sanglante d’un passé occulté par la réconciliation nationale…  Miam miam !!!

Orlando Bloom, le bad boy ?

Orlando Bloom, le bad boy ?

Si le réalisateur des très moyens Anthony Zimmer et Largo Winch ne soulève pas a priori un enthousiasme démesuré, le casting a une sacrée gueule :

  • un Orlando Bloom qui aspire à casser son image proprette de jeune premier aussi charismatique qu’une porte de Twingo ;
  • et surtout le monumental Forest Whitaker. Oui, vous avez bien lu, le fantastique interprète de Bird, Ghost Dog et du Dernier roi d’Ecosse endosse le costume impeccable d’Ali Neuman, chef de la police criminelle du Cap (Férey ?), traumatisé dans son enfance suite aux tortures infligées à sa famille par les milices de l’Inkatha alors en guerre contre l’ANC.

Le choix de Whitaker peut apparaître surprenant au regard (!) de la description que fait Caryl Férey de son héros zoulou : « Un corps svelte, puissant, des traits fins et réguliers sous un crâne rasé de près, un regard élégant, sombre et perçant, des lèvres à dormir debout (…) » Mais cet acteur hors-norme qui louche du côté du génie pourrait, si besoin en était, incarner Mary Poppins tant son talent éclabousse l’écran à chacune de ses interprétations. Souvenez-vous du félin ninja urbain et de sa danse du sabre rythmée par RZA dans Ghost Dog de Jim Jarmusch :

 

La Griotte trépigne : Zulu devrait sortir courant 2013. En attendant, elle continue à dévorer les bijoux de Caryl (les Férey de la reine, donc) qu’elle n’a pas encore lus.

IlZulu 1

Caryl s’appelait ainsi

N.B : Petite anecdote finale dont l’intérêt véritable n’est que de vous signifier que la Griotte échange en direct avec le beau Caryl : l’auteur lui a précisé que, contrairement à ce qu’elle pensait, foin de pseudo, il s’appelle réellement Caryl Férey en improbable hommage à Caryl Chessman, condamné à mort américain exécuté en 1960. Oui, ce même Caryl Chessman chantonné par le doux baladin Nicolas Peyrac dans la bluette So far away from L.A. :

Monsieur Caryl Chessman est mort
Mais le doute subsiste encore
Avaient-il raison ou bien tort ? »

Mais ne nous égarons pas, et retournons de ce pas dans les clous du polar : Caryl Chessman est surtout évoqué par Shane Stevens dans son visionnaire et glaçant Au-delà du mal (écrit en 1979, il n’a été traduit en français qu’en 2010 aux éditions Sonatine) dans lequel un serial killer grave sur le corps de ses victimes éviscérées les initiales de son père, ou de celui qu’il croit être son père, Caryl Chessman.

Après ça, on ne s’étonnera plus de la crudité des récurrentes scènes de violence, voire de tortures, dans l’œuvre de Caryl Férey…zulu

  • Zulu de Caryl Férey, éditions Folio (2010), 464 pages, 8,10 €.

Il

Et si vous avez manqué la chronique de Mapuche, du même Férey, c’est le moment de vous rattraper en cliquant sur : En Férey damnation.

Griotte AQUARELLES-82

Un commentaire éclairé ? une remarque pertinente ? un petit coucou en passant ? faites-vous plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s