Gatsbay des Anges le magnifique !

Gatsby le Magnifique

Nous sommes le 4 mai… Tout bientôt, dans la proche banlieue de Nice, à Cannes (vous savez, cet endroit sur la côte où les habitants, ne sachant prononcer « promenade », ânonnent « croisette »), les stars vont déferler. La Griotte vous évoque bien sûr le Festival du film, 66e du nom. Les festivités seront lancées en grandes pompes Louboutin le 15 mai. Autant vous l’avouer, lecteurs fidèles, la Griotte n’est guère friande de ce type de mondanités réunissant tout-Paris en goguette, cinéastes exotiques en smoking, starlettes même pas Bardot et acteurs surpoudrés. Cependant, elle est très excitée à l’idée que Gatsby le Magnifique, version Baz Luhrmann, avec Leo DiCaprio, soit projeté en ouverture. Car Gatsby le Magnifique, c’est avant tout un bouleversant roman que Scott Fitzgerald écrivit en détresse éméchée, un été, à la Villa Marie, près de Saint-Raphaël, inspiré par la folle vie de ses amis les Murphy.

Red cocktail with splash and lime isolated on white

Pour l’anecdote, le Festival de Cannes aurait pu ouvrir son cirque 2013 par la projection de Trimalchio… Car notre bon Scott fut à deux doigts de whisky d’intituler son livre-phare de ce nom, celui d’un des personnages du Satyricon de Petrone… Au final, ce fut Zelda, son amour absolu (que l’on reconnaît bien sûr sous les traits de la Daisy de Gatsby) qui le convainquit du titre définitif, ensuite confirmé par l’éditeur.

Gatsby le Magnifique au cinéma ? Immédiatement, les images d’un Redford flamboyant, classieux et sapé du blanc années folles ressurgissent… (la Griotte ne vous parle pas du sympathique croûton vaguement blond qui était face à Laurent Delahousse dans un récent journal de France 2, mais du beau Robert de 1974).

redford-gatsby

Bobby le magnifique… en 1974

il

Sur un scénario de Coppola, l’adaptation 70’s commise par l’Anglais Jack Clayton, était parfaite de classicisme quoi qu’un peu planplan : Mia Farrow incarnait Daisy ;  Bobby était beau ; la photographie et la reconstitution d’époque irréprochables… Mais on s’ennuyait un peu…

il

Gatsby 2013

Alors que donnera le cru 2013 ? DiCaprio a évidemment tout pour incarner le dandy magnifique et tourmenté ; Baz Luhrmann, le réalisateur, possède pour sa part le savoir-faire (trop ?) tape-à-l’œil à même de nous épater (souvenez-vous de Moulin Rouge).

La Griotte attend avec impatience cette version qui promet comme le claironne une bande-annonce t(rop)nitruante :

il

il

Car Gatsby le Magnifique (The Great Gatsby), c’est d’abord un beau livre de Francis Scott Fitzgerald, peut-être en deçà de Tendre est la nuit ou du merveilleux recueil de nouvelles Les Enfants du Jazz, mais un beau livre. L’histoire d’un amour idéalisé ; celui en filigrane de Scott pour Zelda. Il décrit aussi une Amérique opulente et festive qui précède le krach de 1929 : l’époque est propice au relâchement des mœurs, à l’essor du jazz et à l’enrichissement des contrebandiers d’alcool…

Carey Mulligan et Leonardo di Caprio dans le film de Baz Luhrmann

Carey Mulligan et Leonardo DiCaprio dans le film de Baz Luhrmann

Gatsby, c’est l’histoire d’un apprenti écrivain, Nick Carraway, qui quitte la région du Middle-West pour s’installer à New York. Voulant sa part du rêve américain, il est fasciné par un mystérieux millionnaire, Jay Gatsby, qui s’étourdit en fêtes mondaines, avec sa cousine Daisy et son mari aussi aristo que volage, Tom Buchanan. C’est ainsi que Nick se retrouve au cœur du monde étourdissant des richissimes, de leurs illusions, de leurs amours et de leurs mensonges.

La Griotte vous racontait il y a peu les frasques et les fêtes des Fitzgerald et de leurs amis sur la Côte d’Azur, premiers estivants fêtards, milliardaires, oisifs et généreux (lire De Gerald à Gasby le Magnifique). En 1922, après un été froid et pluvieux ils avaient eu en effet la révélation des charmes de la Côte d’Azur, alors désertée au profit des plages normandes. Ils y retournèrent plusieurs fois et s’installèrent au Cap d’Antibes, à l’hôtel du Cap, à proximité de la plage de la Garoupe. Cette vie fastueuse inspira sans nul doute fortement les romans et les personnages de Fitzgerald.

« Toute vie est, bien entendu, une entreprise de démolition » aimait à dire le toujours boute-en-train Fitzgerald.

il

A lire aussi à propos de Fitgerald, deux livres qui viennent de paraître :

Livres Fitzgerald

il

Et la belle histoire des premiers estivants sur la Côte : Zelda et Scott Fitgerald, Cole Porter, Hemingway, Picasso…. chez les Murphy à Antibes. Racontée par la Griotte.

il

Cliquez sur l'image pour découvrir Sara et Gerald Murphy, qui ont inventé l'été sur la Côte d'Azur

Cliquez sur l’image pour découvrir Sara et Gerald Murphy, qui ont inventé l’été sur la Côte d’Azur

One Comment to “Gatsbay des Anges le magnifique !”

  1. Formi, formi, formidable ….

    J'aime

Un commentaire éclairé ? une remarque pertinente ? un petit coucou en passant ? faites-vous plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s