Les raisons de la colère

Pistolet-44-Russian« Le singe a des allumettes… La savane va brûler ! » dit un vieux dicton togolais. Quand c’est Gosta Murneau, dit « Le Cramé », qui a un feu à la pogne, tout le monde est aux abris. Car le héros qui donne son nom au polar de Jacques-Olivier Bosco (un Niçois !) est un chef de bande enragé dont la férocité n’a d’égale que la droiture. Bref, un personnage haut en douleur, qui fait rimer horreur avec code de l’honneur, que la Griotte vous invite à découvrir.

À la lecture des premiers chapitres du Cramé, elle a pensé qu’elle était tombée sur un classique roman noir à l’ancienne : dénoncés par une balance, Gosta et sa joyeuse équipe sont assiégés par l’Antigang lors du braquage d’une banque… Ça canarde de partout, certains restent sur le carreau et le légendaire caïd, quasi agonisant sur le trottoir, se retrouve avec les bracelets… Cinq mois plus tard, notre Rocambole se fait la belle de manière spectaculaire avec une seule idée en tête : découvrir qui est la raclure qui les a donnés… Tel Arsène Lupin qui fut Chef de la Sûreté dans 813, notre héros, suite à une habile opération de chirurgie esthétique, parvient alors à infiltrer le commissariat de Saint-Denis pour mener son enquête

L’intervention chirurgicale s’imposait car la Griotte a omis de vous préciser que si Gosta est surnommé le Cramé, c’est qu’

il avait sur la majeure partie de sa joue gauche, la marque séchée d’une brûlure : une plaque zébrée de plusieurs sillons rougeâtres ».

La Griotte apprécie beaucoup la littérature populaire, ses archétypes de héros, ses intrigues parfois improbables, et pressent que l’auteur partage ce goût. Mais n’est-ce pas un poil suranné aujourd’hui ?

Heureusement, Bosco fait rapidement intervenir ce qui sera le fil conducteur de son roman, ce qui rythmera son récit : la disparition d’un enfant que Gosta le balafré devenu le commissaire Ange (exterminateur ?) Gabriel s’acharnera à retrouver.

il

Tout feu, tout flamme

Mise en page 1Sur cette trame, Le Cramé prend alors une autre dimension, met le lecteur sous tension, le plonge dans les caves des cités ou dans l’horreur des réseaux pédophiles.

L’écriture de Bosco change immédiatement de braquet (du petit vélo classique des premières pages, on passe ainsi à une course-poursuite en voiture haletante très réussie, chapitre 19) : l’auteur nous embarque véritablement, le style devient percutant, l’intrigue plus complexe.
il
Les lointaines fêlures d’enfance de Gosta se font jour et l’on comprend la colère du héros, un homme blessé au plus profond qui, de toutes façons, semble déjà mort. Un homme aussi loyal avec ses amis qu’impitoyable avec ses ennemis (dans ce cas, il semble faire sienne la formule d’Yvan Audouard « On ne frappe pas un homme à terre, on l’achève »).
il
Oui, dans la traque du ravisseur de cet enfant disparu, le Cramé dépasse la simple figure du truand à l’ancienne à laquelle on s’attendait et se dévoile. Et ce n’est pas toujours beau à découvrir mais réjouissant à lire.
il
Au final Gosta Murneau, cramé de la vie, ne rejoindra pas Nosferatu en enfer car même l’enfer n’en veut pas !
Voilà un bon polar à dévorer sur la plage ou au coin du feu (de fait, il n’y a plus de saison ma bonne dame !).

 il

  • Le cramé de Jacques-Olivier Bosco, éditions Jigal (janvier 2012), 376 pages, 9,63€.

6 Responses to “Les raisons de la colère”

  1. Parent avec Henri le Bosco niçois?

    J'aime

  2. Non, mais mon grand père, Jean Bosco, était poète, il a publié dans les Nouvelles d’Alger, il y a longtemps… merci pour votre intérêt. Et merci à la Griotte pour son avisé avis, j’aime la franchise et les plats épicés, un peu de sel, de poivre et beaucoup de coeur. ; )
    (Par contre j’ai habité Avenue Sainte Colette /Chemin de l’Abbaye de Saint Pons à deux pas de la Maison Rose d’Henri Bosco)
    JOB

    J'aime

  3. Jacques-Olivier : l’âme Bosco….

    J'aime

  4. Sans culotte ?

    J'aime

  5. Je fais bien sûr allusion au Henri Bosco né en (à ?) Avignon et non au Riton niçois dont parle M.Benvenuto…

    J'aime

Trackbacks

Un commentaire éclairé ? une remarque pertinente ? un petit coucou en passant ? faites-vous plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s