La théorie du genre… des mots

I-Grande-2547-drapeau-avec-picto-verre-trempe-toilettes-hommes-femmes.netPourquoi un laideron et un boudin s’appliquent plutôt à une femme alors qu’une sentinelle renvoie le plus souvent à un homme. Pourquoi les mots injurieux comme canaille, crapule, fripouille et andouille sont féminins ? Pourquoi témoin n’a-t-il, lui, pas de féminin ? Pas crédible au féminin ? Pourquoi la gifle et ses copines beigne, torgnole, taloche et baffe sont des demoiselles, tandis que coup et ses acolytes marron et gnon sont des messieurs ? Pourquoi amour est l’un des seuls mots de la langue française avec délice et orgue, masculins au singulier et féminin au pluriel ? Pourquoi alors qu’on se demande toujours si les anges ont un sexe, les grammairiens les ont-ils masculinisé d’office ?

Les mots ont un sexe 2Des questions que les amoureux des mots comme la Griotte se posent de temps en temps. Des questions de mots et surtout de sexe des mots auxquelles Marina Yaguello répond avec érudition mais sans pédanterie dans Les mots ont un sexe.

  • Les mots ont un sexe de Marine Yaguello, éditions Points, collection le goût des mots (février 2014), 160 pages, 6,20€.
Publicités

One Comment to “La théorie du genre… des mots”

  1. Pourquoi, diable, dit-on un vélo, mais une bicyclette ?
    Capone

    J'aime

Un commentaire éclairé ? une remarque pertinente ? un petit coucou en passant ? faites-vous plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s