Ne bouge pas surtout !

Grand-Corps-Malade1

C’est l’histoire d’un mec de 20 ans, Fabien, qui plonge au fond d’une piscine en oubliant qu’il n’y avait pas assez d’eau et qui se retrouve « tétraplégique incomplet ». Bon, c’est sûr, raconté comme ça au moment où on prépare les maillots, les palmes et le tuba, ça fait pas vraiment envie. Sauf que ce mec vous connaissez le son monocorde de sa voix grave par coeur et sa démarche caractéristique, autant intellectuelle que physique…. C’est un amoureux des mots, de la musique de la langue française, qui raconte dans un style léger, drôle et souvent mordant, sa vie quotidienne dans un centre de rééducation. C’est Patients de Grand Corps Malade

C’est l’histoire de Fabien, tout en tuyaux dans un couloir qui « discute » avec un toubib humaniste :

J’étais allongé sur un brancard, dans le couloir. On m’avait certainement installé là en attendant de finir de préparer la chambre où j’allais être installé. Un médecin était passé, s’était penché au-dessus de moi et m’avait regardé. Je le regardais dans les yeux, il voyait bien que j’étais tout à fait conscient, mais que je ne pouvais lui parler à cause des tuyaux dans la bouche. Il m’avait dévisagé, mais n’avait aucunement éprouvé le besoin de me dire bonjour. Au lieu de ça, il avait ouvert mon dossier médical posé sur brancard et s’était mis à crier juste au-dessus de moi « il est à qui, ce tétra, là ? »

Capture d’écran 2014-07-08 à 09.26.30C’est l’histoire d’un pote qui vient le voir

J’avais un pote, chaque fois qu’il s’apprêtait à sortir de la salle pour laisser entrer quelqu’un d’autre, il avait ce putain de réflexe, il disait : « Bon, je vais y aller, ne bouge pas, je vais dire au suivant qu’il peut entrer. » Ah ! bah merci de me rappeler de ne pas bouger, j’allais justement faire quelques pas chassés dans le couloir…. »

C’est l’histoire de sa rééducation, de ses progrès, de ses soucis de dignité, d’intimité, de ses révoltes, de ses coups de gueule…

C’est surtout l’histoire des autres, ses coreligionnaires : les tétras, les traumatisés craniens, les paras, les grands brûlés, des combats de tétra-boxe et puis aussi les infirmières, les kinés, les toubibs, les aide-soignants, pas tous sympas, pas tous héroïques.

Au milieu de ce cauchemar on rit, on sourit presque à chaque page.

C’est aussi plein d’excellentes histoires drôles racontées par les patients eux-mêmes et qu’on aura du mal à ressortir au prochain diner chez Mémé. Pourtant elles sont vraiment drôles.

Ça n’a peut-être pas la puissance rédemptrice de Cavalcade de Bruno de Stabenrath, ni la délicatesse de Le scaphandre et le papillon de Jean-Dominique Bauby, et pas tout à fait le succès de Second Souffle de Philippe Posso di Borgo (d’où est sorti « Intouchables ») mais c’est un super bon moment passé avec un homme d’esprit, drôle et pas prétentieux pour deux sous du haut de son mètre quatre-vingt-quatorze, de ses grands yeux clairs (clairvoyants) et de ses millions d’albums vendus. Vraiment chouette !

il

  • Patients de Grand Corps Malade, éditions Points, 166 pages, 5,70€

il

« J’ai pas les mots » dit-il dans une chanson…. c’est pas vrai ! Évidemment !

il

Publicités
Étiquettes : ,

One Comment to “Ne bouge pas surtout !”

  1. Quel beau commentaire d’un quel beau livre ! Au nord-ouest de la promenade, chère Griotte, on le lira … le livre !
    Caponino

    J'aime

Un commentaire éclairé ? une remarque pertinente ? un petit coucou en passant ? faites-vous plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s