Pierre qui Ruhl n’amasse pas foule !

Hotel_Ruhl_Nice

Qu’il était beau cet hôtel Ruhl avant que Jacques Médecin n’y imprime sa patte artistique légendaire au nom du modernisme !! Construit dans le quartier le plus élégant de Nice tout près du Casino municipal et de la fabuleuse Jetée Promenade, il a aujourd’hui disparu tout comme eux. En janvier 1911 l’architecte Charles Dalmas a achevé à Cannes le Carlton pour Henri Ruhl avec ses 250 chambres, salons et salles de bain, et deux ans plus tard il construit l’hôtel Ruhl à Nice en lieu et place de l’hôtel des Anglais dont l’architecture coloniale ne s’accordait pas avec les lieux. Détruit en 1973 pour devenir un hôtel sans style et sans charme sous l’impulsion du tristement célèbre maire de Nice Jacques Médecin, il reprend vie grâce à l’architecte Mario Basso qui l’a intégré en 3D dans le panorama d’aujourd’hui, comme il l’avait fait pour la Jetée Promenade et le Casino Municipal.

Hotel_Ruhl_Luggage_Label_1

« Lors de sa construction le Ruhl est conçu comme un navire de croisière, amarré à son quai : la Promenade. Il dispense le luxe à sa clientèle aristocratique. Les sous sols sont l’écrin des diverses machineries : cuisines, ascenseurs, monte charges, électricité, eau, lingerie, frigos, caves et dépôts. Le rez de chaussé outre le bureau du concierge comporte une galerie, un hall, la réception et l’imposante salle de restaurant de 40 mètres de long éclairée par de larges baies vitrées donnant sur la mer. Des pilastres en marbre jaune de Sienne soutiennent les plafonds. Sur le côté de la rue Halévy, le bar américain. Dans les cinq étages, sont aménagées les 300 chambres, trois styles sont proposés : Louis XIV, Louis XVI et Adams. Chaque chambre bénéficie du confort moderne. Il y a aussi 50 chambres aux aménagements plus simples proposées à la clientèle moins aisée. » (extrait de l’article de Thierry Jan  Il s’appelait Hôtel Ruhl)

il

coll-1316-photo_1

il

Et Nice perdit un de ses joyaux

Après guerre et jusqu’aux années 80, on a décidé que le style architectural qui s’étend de 1860 à 1914 n’était qu’un caprice sans intérêt, futile et incompréhensible. Cette vision obscurantiste aura pour conséquence les destructions de l’hôtel Gonnet à Cannes et du Ruhl en 1970 à Nice remplacé par le « modernisme » et l’ode au dieu béton, aujourd’hui verrue pathétique sur la Promenade.

Admirez le Ruhl de la Belle Epoque s’il n’avait pas été écrasé par les pelleteuses de la bêtise !

04+HRN

Le Ruhl tel qu’il pourrait encore être aujourd’hui !

04

Le Ruhl tel qu’il est malheureusement aujourd’hui !

01+HRN

09

La suite sur le site de Mario Basso

Publicités

One Trackback to “Pierre qui Ruhl n’amasse pas foule !”

Un commentaire éclairé ? une remarque pertinente ? un petit coucou en passant ? faites-vous plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s