L’enfance de l’art par Maeght 3

yoyo
Son grand-père, André, qu’elle adorait, a été ouvrier lithographe avant de devenir l’un des plus grands collectionneurs d’art de son époque. Elle a participé avec ses soeurs à tous les vernissages, toutes les soirées les plus prestigieuses et rencontrait régulièrement les plus grands artistes du monde, amis avec ses grands-parents : Giacometti, Miró, Chagall, Matisse, Braque, Picasso mais aussi Jacques Prévert, André Malraux et Duke Ellington. Elle s’appelle Françoise, on l’appelle Yoyo et c’est la petite-fille d’Aimé et Marguerite Maeght. À l’occasion des 50 ans de la Fondation Maeght à Saint-Paul de Vence, Yoyo Maeght a écrit un livre choc : La Saga Maeght.

Yoyo et Duke Ellington

Yoyo et Duke Ellington

il
il
Elle y raconte sans détours les difficultés de la succession familiale, les vengeances et les haines de cette prestigieuse famille façon Dallas avec une soeur psycho-rigide qui réussit à l’éjecter, une infirmière très intéressée, une fille illégitime, son père Adrien qu’elle décrit faible, versatile et veule, plus intéressé par les voitures anciennes que par les affaires Maeght et tant d’autres….
il
120269-une-maeght_34210

Adrien Maeght (à gauche), Aimé Maeght son père (à droite)

il
il
Mais surtout elle y rend un hommage vibrant à son « papy » Aimé Maeght, ami et soutien des plus grands artistes du XXe siècle et raconte le couple atypique qu’il formait avec sa femme Marguerite, si habiles et qui se complétaient tant. Elle nous emmène aussi dans les années 1960-1970 dans les rues de Saint Paul de Vence le mythique village d’art, dévoile les coulisses du restaurant la Colombe d’Or où les stars se retrouvaient le temps de l’été.
Miro+Yoyo

Yoyo et Miro

Elle raconte le jour de l’ouverture de la Fondation Marguerite et Aimé Maeght le le 24 juillet 1964. Une fête fabuleuse pour laquelle chantent Yves Montand et Ella Fitzgerald. André Malraux, ami de la famille, qui y fait un discours brillant comme toujours mais aussi pâteux d’élocution. Les invités venus de partout entourer Chagall, le voisin, et Miró. Chacun admire le bâtiment audacieux conçu par Josep Lluis Sert. Sauf Le Corbusier, bien sûr ! Cet ancien proche des Maeght ne leur parle plus depuis qu’il s’est vu privé de cette commande prestigieuse.

Un pavé (dans la mare) passionnant à dévorer sans tarder au moment où la fameuse fondation de Saint-Paul de Vence vient de fêter ses 50 ans et son dix millionième visiteur !
il

  • La Saga Maeght  de Yoyo Maeght, avec la collaboration de Pauline Guéna, Éditions Robert Laffont, 333 pages, 21€50.

il

yoyo-maeght

Publicités

4 Responses to “L’enfance de l’art par Maeght 3”

  1. Une histoire hors du commun

    J'aime

Trackbacks

Un commentaire éclairé ? une remarque pertinente ? un petit coucou en passant ? faites-vous plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s