Une vraie crèche provençale

personnage35-1

Comme la Griotte se sent inspirée par le miracle de Noël, elle vous dit tout sur la crèche provençale traditionnelle : comment bien réussir votre crèche avec les santons qu’il faut et tout et tout, ravi compris !

il

3+Honthorst

il

La crèche

La tradition de la crèche de Noël trouve son origine au Moyen Âge. Une légende tenace veut que François d’Assise dont la mère était originaire de Tarascon ait créé en 1223 la première crèche vivante à Greccio, alors que ces scènes étaient déjà jouées depuis plusieurs siècles par des comédiens dans les mystères de la Nativité sur les parvis des églises. Cette « crèche vivante » a donné naissance à une tradition qui s’est perpétuée, mais les « acteurs » ont été très largement remplacés par des personnages en bois, en cire, en carton pâte, en faïence et même en verre.

La première crèche connue fut celle créée en 1775 par M. Laurent à Marseille. Elle était constituée de mannequins articulés vêtus de costumes locaux. Pour y ajouter un brin d’exotisme, le créateur y avait placé des girafes, des rennes, et des hippopotames.

C’est Jean-Louis Lagnel qui créa à la fin du XVIIIe les véritables santons de Provence, en argile non cuite. Il a eu l’idée de construire les moules en prenant comme modèles ses propres voisins qui exerçaient différents métiers : c’est comme ça que les santons sont traditionnellement vêtus dans la mode populaire de l’époque de Louis-Philippe.

lls ont été très vite concurrencés par les santibelli, d’origine italienne, réalisés en plâtre. Dans les années 1830, ils étaient vendus par des marchands napolitains dans les rues du Vieux-Port.

i

foule_santons

il

Les santouns (santons, « petits saints » en provençal)

« La crèche provençale est le fruit d’un itinéraire unique, mêlant au fil du temps, le profane au religieux » disait Marcel Carbonel, l’un des plus célèbres santonniers de Provence.

Les premiers santons étaient confectionnés en mie de pain mais petit à petit c’est l’argile rouge de Provence qui a été privilégiée pour la fabrication. Si les santons sont longtemps restés de fragiles créations en argile crue, la cuisson de l’argile s’est imposée un peu partout de nos jours. Il existe de nos jours une forte concentration d’ateliers de santons entre Marseille, Aubagne, Aix-en-Provence, Arles. Le département des Bouches-du-Rhône compte 62 santonniers, le Vaucluse 26, le Var 8, les Alpes-de-Haute-Provence 7 et les Alpes-Maritimes 6.

il

santon-sainte-famille

il

– A tout Seigneur, tout honneur : c’est d’abord la Sainte Famille : Marie, Joseph et l’enfant Jésus qui doivent obligatoirement se trouver au centre de votre crèche.

– Ensuite viennent les anges : agenouillés, debout ou même soufflant à pleines joues dans une trompette (Boufareù), ils annoncent la Bonne nouvelle au monde, et d’abord aux plus pauvres et aux plus simples d’entre eux : les bergers.

Les bergers donc, si sages et si proches de la nature qu’ils ont su lire dans les étoiles et être les premiers à accueillir Jésus.

Les Rois Mages : Melchior, vieux roi d’Arabie et de Nubie, à la barbe et aux cheveux gris, qui offre de l’or, symbole de royauté ; Gaspard, roi de Saba, qui donne de l’encens, symbole de sa divinité ; et Balthazar, roi noir à la barbe noire, qui régnait sur Tarse et l’Égypte, et qui apporte la myrrhe, un parfum funèbre, annonçant la mort du Christ. Vous les ajouterez le jour de l’Épiphanie.

la-griotte-santonLes stars du village :

  • Magarido la mégère juchée sur son âne (qui sera guérie de son mauvais caractère par le miracle de Noël) ;
  • Grasset et Grassette qui s’aiment et se promènent main dans la main à l’abri d’un grand parapluie rouge ;
  • Le ravi : il est un peu fada avec ses bras levés en l’air mais est réellement touchant par son enthousiasme et son bonheur simple ;
  • L’aveugle et son fils : son autre fils lui a été volé par les gitans. Il pleura tellement qu’il en perdit la vue. Mais un miracle de Noël lui rendit la vue et son fils en même temps ;
  • Vincent et Mireille, héros d’un poème de Frédéric Mistral ;
  • L’arlésienne, du nom de l’héroïne d’une nouvelle d’Alphonse Daudet ;
  • Le rémouleur qui en tablier de cuir, aiguise les couteaux dans tous les villages. C’est un personnage gai à qui on emplit la gourde de vin en guise de paiement. Après Noël, il sera guéri par miracle de son penchant pour la boisson ;
  • Et puis aussi les gitans (non on ne disait pas les Roms en ce temps-là), le pêcheur, le meunier, le tambourinaire, la provençale à l’aïoli…

il

Publicités

3 Responses to “Une vraie crèche provençale”

  1. A Nice, on parle de « presèpi, per Calèna qu’es la pu bella fèsta de l’an e per passà en l’alegria la serada dou cachafuèc.
    A l’entour de l’ae e dòu bòu que boufon sus lou bambin, li a de santoun: lou deficié, lou pastre, l’amoulet, lou chapacan. »
    Et, ma griote préférée, tu sais ce que c’est « lou chapacan! »
    Baieta
    Alès

    Aimé par 1 personne

  2. Non, évidemment je ne savais pas ce qu’était lou chapacan mais j’ai cherché…. : l’attrapeur de chien ? celui qui capturait les chiens errants pour les mettre à la fourrière. S’ils n’étaient pas réclamés, ils étaient tués, et on récupérait leur peau… Brr ! Bah…. tant qu’ils ne font pas pareil avec les chats… enfin sauf pour faire de jolis costumes de ratapignata pour le carnaval ! (https://lagriotteanice.wordpress.com/2013/02/17/chats-alors/)

    J'aime

Trackbacks

Un commentaire éclairé ? une remarque pertinente ? un petit coucou en passant ? faites-vous plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s