Drôle d’endroit pour une rencontre

9782021236187 - copie

Marion la Parisienne est insupportable, tiraillée entre son amant et son mari, et surtout très concentrée sur son propre nombril au sens propre (elle est enceinte) comme au figuré. Dans une église, elle rencontre Roger, tout aussi exaspérant. Ils décident de partir ensemble au bout du monde (du monde parisien) : à Sainte-Anne-la-Palud, au fin fond de la Bretagne. Cette rencontre improbable de deux paumés est l’occasion de révélations, de drames, de souffrances exprimées et de remises en question. C’est surtout la trame de l’excellent livre de Sylvie Le Bihan : Là où s’arrête la terre.

Difficile de s’attacher à ces personnages aussi égocentriques qu’abouliques apparemment. Et pourtant le livre de Sylvie Le Bihan est de ceux qui restent longtemps, longtemps dans l’esprit, bien après qu’on en ait parcouru les dernières pages.

9782021236187La Griotte avait déjà beaucoup apprécié son premier roman : L’Autre (Le Seuil 2014) qui évoquait la liaison destructrice d’une femme avec un pervers narcissique, sur fond de 11 septembre. Elle s’était déjà délectée de La petite bibliothèque du gourmand (Flammarion, 2013), anthologie des auteurs gourmands présentée par le célèbre chef Pierre Gagnaire dont elle partage la vie.

Là, elle s’est pris une véritable claque.

Parce que l’écriture de Sylvie Le Bihan s’est encore affinée. Son trait est encore plus cruel, l’air de rien, par petites touches impressionnistes dans un huis clos assez étouffant, même sous le crachin breton.

Parce que Marion, cette parisienne quadra dont le monde s’écroule en quelques heures, finit par être attachante tout de même quand on la reconnait quelquefois dans ses amies et sûrement dans soi-même. Perdue, loin de ses certitudes, phagocytée dans son attitude caricaturale de bobo parigote, et en même temps en route sur le chemin du « devenir vrai ».

Parce que Roger n’est pas vraiment celui qu’on croit, pas vraiment un plouc qui veut se faire une bourgeoise, et que sa douleur est infinie. Infiniment triste. Infiniment inéluctable.

Parce que ces deux personnages qui se croisent, qui se parlent sans s’écouter vraiment, qui se livrent sans états d’âmes et sans souci de leur interlocuteur sont comme les patients d’un psy, dans un lieu impersonnel à la recherche d’eux-mêmes et de leur colonne vertébrale.

Parce qu’il y a une raison pour que ces deux-là se croisent, une raison qui vient peut-être de tout en haut….

Alors bravo à la niçoise Sylvie Le Bihan pour cette échappée (traître, loin des rivages méditerranéens) si réussie !

Elle sera d’ailleurs bientôt à Nice : le 26 juin à la librairie l’Acropole (10, avenue Félix-Faure) et le 2 juillet à l’Atelier-Galerie Tsadé (15, rue Bonaparte).

Ne la manquez pas et surtout courez acheter son livre que vous alliez à Douarnenez ou à Nice cet été !

il

il

il

Et relisez la chronique de la Griotte à propos de son premier roman : L’Autre, en cliquant ici.

 

PS : la Griotte a déménagé dernièrement, le dernier livre mis dans les cartons dans son ancien appartement était Les illusions perdues. Le premier arrivé (par la poste) dans son nouvel appartement : Là où s’arrête la terre…. un signe ?? 😉

Publicités

One Trackback to “Drôle d’endroit pour une rencontre”

Un commentaire éclairé ? une remarque pertinente ? un petit coucou en passant ? faites-vous plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s