Sous les pavés la plage… de Nice

9782809818840-001-G-220x364 - copie

Mai 68. On imagine tout de suite la chevelure incendiaire de Dany Cohn-Bendit, battant et jetant des pavés parisiens sur des CRS SS. Sauf qu’en mai 68 Patrick Raynal était étudiant à la fac de Nice et fervent militant d’extrême-gauche. C’est donc Nice le cadre de son nouveau polar Une ville en mai qui vient de sortir et que la Griotte a dévoré…. sur la plage (sous les pavés donc).

Raynal raconte l’histoire de Frédéric, revenant d’Afrique où il a passé une dizaine d’années, à la demande de son ex-femme, pour retrouver sa fille, Sophie, disparue. À cette quête angoissante, il ajoute une enquête policière à propos du meurtre d’un prof d’extrême droite Blanc-Dumont retrouvé sur la plage de Rauba Capeù, un véritable questionnement personnel d’un homme qui a abandonné sa femme et sa fille et une vision précise des événements de mai 68 à Nice.

Je suis resté assis au bar pendant un bon moment à boire des Casanis aussi épais que des flans et à me demander ce que j’allais bien pouvoir faire de tout ce que je venais d’apprendre. Le moins qu’on puisse dire c’est que mon pays avait pris une drôle de gueule depuis que je lui avais tourné le dos. Les communistes se faisaient traiter de bourgeois par de futurs cadres et les jeunes filles de bonne famille portaient la parole révolutionnaire dans des coins que leurs mères n’auraient jamais osé traverser sans escorte. J’aurais aussi pu me demander où j’avais merdé, mais, bizarrement, j’ai oublié de le faire ».

9782809818840-001-G-220x364On y croise tout ce qui fait l’actu de Nice en mai 68, sous Jacques Médecin : les  étudiants et les flics, les gauchos et les fachos, les groupuscules trotskystes et marxistes-léninistes , le P.C.F etc.

Et on est pris par l’intrigue dès le début. C’est nerveux, vif, haletant, bourré de détails plus vrais que nature. Un excellent bouquin.

J’ai traversé la place Masséna, j’ai salué d’un signe de tête la paire de couilles du David et j’ai remonté la rue de France. Mon marchand de journaux favori était toujours là, mais le vieux avait dû lâcher la rampe car c’est un jeunot à cheveux longs qui m’a servi. Un rapide coup d’œil sur la une de L’Humanité m’a fait douter des propos du garçon de café. Si les cocos soutenaient les étudiants, ils le cachaient vraiment bien.
C’était l’heure où les putes prenaient position et j’eus l’agréable surprise de reconnaître quelques visages. Le temps ne leur avait fait aucun bien, mais j’en savais assez sur lui pour ne pas me faire d’illusions sur mon propre sort. Dix ans d’Afrique m’avaient sans doute rendu méconnaissable. »
il
  • Une ville en mai de Patrick Raynal, éditions de l’Archipel (11 mai 2016), 180 pages, 18€

il

Patrick Raynal

(d’après Wikipédia)

mqdefaultPatrick Raynal est écrivain, éditeur, traducteur et scénariste. Après une enfance dans le sud-ouest, il rejoint son père à 14 ans à Saint-Paul de Vence. En 1969 il obtient une maîtrise de lettres modernes à la faculté de  Nice,  ville qu’il mettra en scène dans ses premiers romans. Il milite activement dans les mouvements d’extrême gauche.

Il devient critique spécialisé en littérature policière pour Nice-Matin de 1982 à 1988. En 1982, il publie Un tueur dans les arbres, son premier roman. En 1989, il propose à Télérama un reportage aux États-Unis sur quatre écrivains de son panthéon américain (James Crumley, Jim Harrison, Tony Hillerman et Richard Ford). Il découvre au cours de ce voyage la ville de Missoula (Montana) et ses nombreux écrivains.

Considéré comme un spécialiste de la littérature américaine, il collabore, de 1990 à 1995, au journal Le Monde (Le Monde des Livres). La même année, il obtient le Prix Mystère de la Critique pour son roman Fenêtre sur femmes.

En 1991, Antoine Gallimard lui confie la direction de la Série Noire qu’il dirigera jusqu’en 2004.

Il est vice-président du festival Étonnants voyageurs jusqu’à sa démission, le 4 décembre 2008.

Ses romans :

  • 1982 : Un tueur dans les arbres (Albin Michel coll. « Sanguine » no 8)
  • 1982 : La Clef de Seize (Albin Michel coll. « Sanguine » no 16 In Very Nice – Baleine 1996 – Gallimard 2000 : coll. « Folio policier » no 152)
  • 1988 : Fenêtre sur femmes (Albin Michel – LGF 1991 : Le Livre de poche no 7306 – Gallimard 2002 : coll. « Folio policier » no 267)
  • 1990 : Arrêt d’urgence (Albin Michel – LGF 1992 : Le Livre de poche no 7596 – Gallimard 2003 : Folio policier no 295) – Adapté par Denys Granier-Deferre (1994) avec Marie Trintignant et Hyppolite Girardot
  • 1990 : Nice-Est (Calmann-Lévy 1988 – Presses Pocket : no 3492 – Baleine 1997)
  • 1995 : Arrêtez le carrelagecoll. « Le Poulpe » (Baleine 2009 – Flammarion 1998 : Librio noir no 207)
  • 1995 : Né de fils inconnu (Albin Michel – LGF 1997: Le Livre de poche no 17020)
  • 1997 : Nice, 42e rue (Fleuve noir 1985 – Baleine – Gallimard 1999 : coll. « Folio policier » no 128) Préface Jean-Bernard Pouy
  • 1998 : En cherchant Sam (Flammarion – Le Seuil 1999 coll. « Points » no 682)
  • 1999 : Le Marionnettiste (Le Masque – Gallimard 2001 coll. « Folio policier » no 202)
  • 2001 : La Poignée dans le coin (Baleine coll. « Série grise » no 8)
  • 2006 : Le Débarcadère des anges (La Branche coll. « Suite noire » no 3) – Adapté par Brigitte Roüan (2009)
  • 2006 : Retour au noir (Flammarion – Le Seuil 2009 coll. « Points » no 2093)
  • 2008 : Lettre à ma grand-mère (Flammarion)
  • 2009 : Ex (Denoël)
  • 2012 : Au service secret de Sa Sainteté (L’Écailler) – Prix Arsène Lupin de littérature policière 2013
  • 2016 : Une ville en mai (L’Archipel)

il

Outre ses nombreuses qualités sus-citées, il semble également avoir un faible pour les calembours de la Griotte ce qui ne lui enlève rien !!

Publicités

One Comment to “Sous les pavés la plage… de Nice”

  1. Mai 68 ça me parle, un livre que je retiens

    J'aime

Un commentaire éclairé ? une remarque pertinente ? un petit coucou en passant ? faites-vous plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s