Ces mots que ne prononcera jamais la Reine d’Angleterre

humour-drole-insolite-celebrite-queen-elizabeth11

Sa Majesté la Reine d’Angleterre ne souffre jamais de dépaysement, n’a jamais le regard qui tue même si elle a les yeux revolver, ne peut pas flâner pas dans les rues de Londres, n’a jamais le spleen et si elle déprime vraiment ne pourra pas se défenestrer du château de Buckingham, ne chante jamais Let it be en yaourt, et ne peut se réjouir de ses futures retrouvailles avec Lady Di lorsqu’elle aura passé l’arme à gauche (arm at the left ?). Et pourquoi sa très gracieuse majesté ne peut-elle pas faire tout ça ? Parce que toute gracieuse qu’elle soit, ces mots/concepts n’existent pas en anglais ou qu’ils n’ont pas la même signification à Trafalgar qu’aux Champs Élysées !!

 À l’inverse nous employons un tas de mots qui nous paraissent super englishes dans le texte alors qu’il n’en est nothing. Elisabeth deuxième du nom ne mettra donc pas de jogging, ne se cachera pas pour rencontrer son dealer, ne garera pas son carrosse dans un parking ni dans un camping, ne se fera pas faire de lifting, n’embrassera pas Fanny au baby-foot et n’échangera pas ses robes colorées contre un smoking Yves Saint Laurent !!

capture-decran-2016-11-10-a-11-44-31Jogging : Si un jogging peut être un survêtement de sport en français, en anglais, ce mot est seulement employé dans le sens de « faire un footing ». Il n’existe pas en tant que substantif seul en anglais ; on dira « to go jogging » ou « to jog ». La traduction du mot « survêtement », quant à elle, est « tracksuit ».
Dealer : En anglais, un dealer est un vendeur, peu importe ce qu’il vend. Si un Anglais vous dit qu’il est dealer, ne pensez donc pas tout de suite qu’il cherche à vous vendre de la drogue 🙂
Parking : Si vous parlez de « parking » à un anglophone, il comprendra que vous parlez du stationnement de véhicules, mais il ne saura pas que vous faites référence à l’endroit où se garent ces véhicules. En anglais, un parking se dit « car park » ou « parking lot » en anglais américain.
Camping : Le mot « camping » en anglais ne correspond pas au terrain où l’on peut planter sa tente, mais au fait de camper. Un terrain de camping en anglais se dit « campsite ».
Lifting : Si, en français, on parle de quelqu’un qui s’est fait faire un lifting, on ne peut pas employer ce mot dans ce sens là en anglais. Le substantif anglais est « face-lift ».
Smoking : En français, un smoking est un vêtement. Hors, en anglais, ce mot fait seulement référence au fait de fumer. Le mot smoking se traduit par « a dinner jacket ».
Babyfoot : Le mot babyfoot fait très anglais, et nombreux sont les Français qui pensent que c’est réellement un mot issu de la langue de Shakespeare. Or ce mot n’existe pas du tout en anglais ; le babyfoot se dit table football !

Si tout ça vous amuse comme la Griotte, offrez-vous sans tarder l’excellent livre de Jean-Loup Chiflet, Sky my husband sorti en 2008.

capture-decran-2016-11-10-a-11-25-02

  • Sky my husband de Jean-Loup Chiflet, éditions Points (2008) 285 pages, 11€.

il

Et quand vous aurez bien ri, vous aurez peut-être envie de Chifleter à nouveau avec son dernier bouquin : Cher Dieu, une histoire de crise de foi qui vient de sortir. Vous retrouverez (un peu de) sa verve et de son esprit (embué d’encens) alors qu’il raconte son éducation catholique et son rapport avec Dieu … Quelques anecdotes croustillantes et quelques réflexions au ras des pâquerettes avec une belle préface de Pascal Bruckner qui justifie à elle-seule qu’on achète le livre.

il

capture-decran-2016-11-10-a-11-27-16Pour la première fois depuis près de soixante dix livres, j’ai décidé d’être enfin moi-même (il était temps…) et d’aborder un sujet plus que sérieux puisqu’il s’agit d’une confrontation avec… Dieu, lui-même !

Marqué par une éducation très catholique et ayant depuis longtemps perdu cette fois qui me fut durement imposée, j’ai voulu, inspiré par cette jolie phrase de Julian Barnes  » Je ne crois pas en Dieu, mais il me manque…  » essayer de savoir si, arrivé à un âge canonique, si oui ou non Dieu existe. »

 

  • Cher Dieu de Jean-Loup Chiflet, éditions Chiflet&Cie, septembre 2016, 224 pages, 15€.

 

Publicités

Un commentaire éclairé ? une remarque pertinente ? un petit coucou en passant ? faites-vous plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s