Noël provençal

desserts-noel-content1-provence

À table le soir de Noël au sud de Lyon, impossible de passer à côté des 13 desserts provençaux. La Griotte vous en dresse la liste sachant qu’elle n’est pas toujours la même suivant les villes de Provence. Une base commune cependant : les quatre mythiques mendiants, les deux nougats et la pompe à l’huile.

 

 

Ils sont treize comme le nombre de convives de la Cène : les douze apôtres et le Christ. Tous ces desserts sont servis en même temps et en abondance sur la table le soir de Noël après « le gros souper » qui précède la messe de minuit. Ils doivent rester trois jours sur la table et tous les convives doivent goûter à chacun de ces desserts. Ils sont  accompagnés de vin cuit en référence au vin du Christ.

D’abord, il faut prévoir quatre fruits secs, ce qu’on appelle les mendiants « pachichòis » : en référence aux principaux ordres religieux auxquels ils renvoient.

1. Des figues sèches

Avec leur couleur grise, elles symbolisent l’ordre des Franciscains.

2. Des raisins secs

Les raisins secs représentent les Dominicains

3. Des amandes

Elles renvoient aux Carmélites

4. Des noix ou noisettes

Des noix qui symbolisent les Augustins.

 

Dans la tradition, il y a aussi des fruits frais, ils étaient conservés depuis le mois de septembre dans les caves et greniers. Ensuite, ils ont progressivement été rejoints par des fruits exotiques des anciennes colonies :

5. Du raisin

Les derniers grappes de la saison sont conservées jusqu’à Noël dans des caves ou des greniers.

6. Du melon

Le melon d’eau de fin de saison qui a la particularité de bien se conserver.

7. Une orange

L’orange est un signe de richesse. Ce fruit, qui n’est pas à l’origine un produit spécifique à la Provence, et ensuite accompagné de la mandarine corse ou espagnole.

8. Des dattes

Les dattes sont le symbole du Christ venu d’Orient.

9. Un fruit exotique

Kiwi, ananas ou mangues.

Les confiseries et les pâtisseries :

10. Une pompe à huile

La pompe à l’huile est un gâteau parfumé à la fleur d’oranger. Traditionnellement, elle est le plat porté par Pistachier (personnage typique de la crèche et de la pastorale provençale). Selon la tradition, il faut rompre la pompe à huile comme le Christ a rompu le pain et ne pas la couper pour ne pas se retrouver ruiné l’année suivante. C’est un moment de partage.

La pompe consommée actuellement semble différer des pompes traditionnelles, autrefois fabriquées avec de la farine de froment. Son nom demeure une énigme, évoquant pour certain la capacité de la farine à absorber l’huile versée lors de la préparation, ou parce que ce gâteau est souvent utilisé pour saucer le vin cuit en fin de repas.

11. Du nougat blanc

Un nougat aux noisettes, pignons de pins et pistaches.

12. Du nougat rouge

Un nougat à la rose et aux pistaches.

13. Du nougat noir

Du nougat avec du miel fondu qui est cuit avec des amandes.

 

Bon appétit !

Publicités

2 Responses to “Noël provençal”

  1. Merci pour tant de précision sur les 13 desserts. Toujours au top la Griotte

    J'aime

Trackbacks

Un commentaire éclairé ? une remarque pertinente ? un petit coucou en passant ? faites-vous plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s