Apollinaire de A à… Z

Le 9 novembre 1918, deux jours avant l’armistice, Guillaume Apollinaire mourait à Paris des suites de la grippe espagnole contractée alors qu’il était très affaibli par une blessure reçue au front en 1916. Né à Rome en 1880 en tant que sujet polonais de l’Empire Russe, il était arrivé à Monaco en 1887, alla au lycée à Nice, a passé l’été 1899 en Belgique, a été naturalisé français en 1916 et mourut pour la France en 1918 de la grippe… espagnole. Bel exemple de multiculturalité pour ce poète majeur du début du XXe siècle. Il écrivit plusieurs textes à propos de Nice et surtout de la mer. Mais c’est surtout le bleu profond de Lou, rencontrée à la Villa Baratier de Saint-Jean Cap-Ferrat, qui fit naître en lui ses vers les plus fougueux.

Guillaume Apollinaire et son frère vers 1880.

Alex Benvenuto revient sur ce destin exceptionnel lors d’une conférence « Apollinaire et Nice ou l’amour du destin » vendredi de 17 à 18h.

Avec la participation de Michel Seyrat (cerise sur le gâteau !)

On y entendra parler de poésie mais aussi de Nice, de cuisine niçoise et… d’amour sans aucun doute. Avec la faconde qu’on connait d’Alex ça devrait être passionnant et la Griotte ne manquera pas ce rendez-vous.

il

 

Publicités

Un commentaire éclairé ? une remarque pertinente ? un petit coucou en passant ? faites-vous plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s