Posts tagged ‘Apollinaire’

07/11/2018

Apollinaire de A à… Z

Le 9 novembre 1918, deux jours avant l’armistice, Guillaume Apollinaire mourait à Paris des suites de la grippe espagnole contractée alors qu’il était très affaibli par une blessure reçue au front en 1916. Né à Rome en 1880 en tant que sujet polonais de l’Empire Russe, il était arrivé à Monaco en 1887, alla au lycée à Nice, a passé l’été 1899 en Belgique, a été naturalisé français en 1916 et mourut pour la France en 1918 de la grippe… espagnole. Bel exemple de multiculturalité pour ce poète majeur du début du XXe siècle. Il écrivit plusieurs textes à propos de Nice et surtout de la mer. Mais c’est surtout le bleu profond de Lou, rencontrée à la Villa Baratier de Saint-Jean Cap-Ferrat, qui fit naître en lui ses vers les plus fougueux.

read more »

27/11/2012

Benvenuto chez les Nissarts / Bienvenue chez les Niçois

QUand

Quand un érudit niçois, clarinettiste barbichu et jazzy, écrivain fou d’Apollinaire, universitaire, ex-banquier dans une autre vie, se pique d’orchestrer une Balade à Nice et dans les Alpes-Maritimes sur les pas des écrivains, la Griotte niçoise ni soumise est forcément curieuse…

read more »

30/08/2012

Quand il pense à Fernande… il peint !

Avant Picasso, il y eut Pablo, qui débarqua de son Espagne natale et qui logea au Bateau-Lavoir avec d’autres artistes aussi fauchés que lui, sur la Butte Montmartre. Il y eut ses amis Apollinaire et Max Jacob. Et il y eut aussi Fernande Olivier, son modèle et sa maîtresse préférée. C’est elle qui nous raconte les débuts de Picasso et la vie de bohème du XXe siècle qui commence, dans une BD flamboyante et précieuse. Avec Pablo, Julie Birmant (scénariste) et Clément Oubrerie (dessinateur) nous entraînent en bulles élégantes au bout des pinceaux du peintre le plus célèbre au monde, alors il n’était qu’un jeune artiste sans le sou, avide de reconnaissance et de liberté. Parce que quand Pablo pense à Fernande, il peint, mais il bande aussi !

read more »